Archives mensuelles : août 2015

Mêmes mensonges, même combat…

sppef_erquy-cap-derquy-17km
(double clic sur l’image pour l’agrandir)
Baie de St Brieuc : simulation de la vue qu’on aura à 17 km d’un parc éolien de caractéristiques semblables à celui d’Yeu-Noirmoutier, d’après l’association Gardez les Caps.
Le nôtre ne sera qu’à 11 km de l’île d’Yeu.
Source: Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF)

Baie de St Brieuc, mêmes mensonges,
même combat

Nous savions déjà qu’au Tréport et à Mers les Bains, pêcheurs, élus et habitants ont voté contre un projet éolien en mer semblable à celui qui menace l’île d’Yeu. Nous constatons maintenant que l’opposition est également très forte contre un autre monstrueux projet, celui de la Baie de St Brieuc.

Ses promoteurs, pompeusement appelés comme ici « maîtres d’ouvrage » ou « porteurs de projets », ont aussi colporté là-bas leurs photomontages d’éoliennes diluées et de vues panoramiques trompeuses. Voyez par exemple, ci-dessous, le « visuel » produit par le promoteur du projet de St Brieuc, et comparez-le avec la simulation réalisée par Gardez les Caps, que nous avons mise en tête d’article.

Simulation Cap Frehel - montage
(double clic sur l’image pour l’agrandir, ensuite augmenter pour enfin voir les éoliennes)
On comprend l’intérêt des vues « panoramiques » : il faut faire un gros effort pour voir quelque chose.

Ce n’est qu’une fois installés les 62 monstres de 210 m de haut (le Grand Phare de l’île d’Yeu fait 37 mètres), que les Islais comme les riverains de la baie de St Brieuc se rendront compte de l’impact visuel dans toute son horreur. L’horizon marin, source de beauté et d’inspiration, sera défiguré par des « barreaux » dont les plus proches paraîtront environ 6 fois plus hauts que les châteaux d’eau que l’on aperçoit sur le continent depuis l’île d’Yeu. Il sera alors trop tard pour faire quoi que ce soit, si ce n’est pleurer.

Voulez-vous d’autres preuves? Voyez ici l’exemple des simulations présentées en 2011 pour Noirmoutier par le premier promoteur du projet, WPD: Comparez la vision panoramique, trompeuse, avec la vue qu’aura un observateur humain
Les éoliennes représentées font 150 m de haut, et sont à 16,5 km de l’observateur sur Noirmoutier. Rappelons que celles du nouveau projet feront 210 m de haut et seront à seulement 11,7 km de l’île d’Yeu. L’impact visuel sera donc encore plus dramatique. Finis les horizons illimités, qui transportent l’âme et attirent les touristes…

L’UNESCO ne s’y trompe d’ailleurs pas :
Angleterre : l’Unesco menace de retirer le statut de patrimoine mondial à la Côte Jurassique si se construit un projet éolien à 14 kilomètres au large

Il faut être aveuglé par l’argent pour ne pas se rendre compte de la dévastation que causera le projet éolien sur le charme, et donc l’attrait touristique des îles d’Yeu et de Noirmoutier.

José Robert, Conseiller municipal de Courseulles sur Mer et membre de l’association Libre Horizon, ne l’est pas ( aveuglé par le fric ). Il déclare au sujet du projet éolien en mer qui affecte sa ville : « ce projet porte une grave atteinte visuelle à notre paysage et notamment une gêne due à la luminosité renvoyée par les éoliennes sur l’horizon de part leur positionnement plein sud » C’est à dire que de la côte qui est au sud du projet on les verra beaucoup parce qu’elles renverront la lumière du soleil, même si le ciel est couvert. C’est aussi notre cas, car le projet sera positionné au nord-ouest de l’île d’Yeu, donc reflétant la lumière vers nous une bonne partie de la journée.

Il dit aussi que le projet sera dommageable pour « les pêcheurs, car leur zone de pêche sera réduite de 50 km2 » (la superficie du parc éolien). Lui aussi doit savoir quelque chose que les pêcheurs de l’île d’Yeu et Monsieur José Jouneau ignorent…

José Robert dit enfin : l’association Libre Horizon « n’est pas opposée aux éoliennes, mais milite pour leur éloignement à plus de 20 km comme les autres pays européens ». Libre Horizon, Courseulles sur Mer 




Publicités

Bill Gates rejette l’éolien


Bill-Gates
« Bill Gates vient de faire sensation, lors de son passage en Europe en annonçant qu’il envisageait de donner la moitié de son patrimoine qui est de 79,2 milliards de dollars. »



Bill Gates tourne le dos aux énergies intermittentes


« Bill Gates consacre également des sommes considérables pour un développement plus écologique de la planète, notamment dans le développement de l’énergie solaire et des batteries. Il vient d’annoncer le doublement du milliard de dollars déjà engagé dans cette transition verte, afin de permettre à tous l’accès à l’électricité tout en répondant à la problématique climatique et aux 3 menaces liées à l’énergie nucléaire, celle de l’épuisement des ressources, celle de la prolifération des déchets et celle de la sécurité des centrales.  »

« Dans cet objectif, Bill Gates vient de faire volte-face en dénonçant catégoriquement les énergies intermittentes que sont l’éolien et le photovoltaïque, déplorant non seulement leur incapacité à lutter contre les émissions de CO2, mais aussi leur coût qu’il estime « au-delà d’astronomique ».  »

Lire l’article : Énergie renouvelable : Bill Gates préfère l’innovation

Quand les grands investisseurs abandonnent le navire, c’est en général que la bulle n’est pas loin de crever. Petits investisseurs, faites donc attention ! 75.000 de vos collègues allemands se sont fait prendre au piège : le mirage du financement participatif



Des risques accrus de marée noire


Un obstacle considérable proche d’une importante voie de navigation

naufrage - montage Amoco Cadiz éoliennes
( photomontage )



Les 62 éoliennes géantes ( 210 m de haut ) seront situées à peu de distance au sud du chenal d’accès au port de Saint Nazaire, qui est emprunté par des navires énormes, par exemple des pétroliers de 400 m de long. En cas de panne de propulsion par mauvais temps, une catastrophe serait possible, les remorqueurs n’ayant pas le temps d’intervenir.


Panne ou autre chose, d’ailleurs. On se souvient du désastre du pétrolier Erika, en 1999.

marée noire Erika 1999



L’île d’Yeu pourrait ressembler à ça:

marée noire Erika 1999   2



En fait, le chenal d’accès à St Nazaire sera encadré par deux méga-obstacles : un gigantesque parc éolien au nord, et un tout aussi monstrueux au sud ( trois fois la superficie de l’île d’Yeu ). Non seulement La Baule, Yeu et Noirmoutier seront défigurés, mais ces destinations touristiques seront soumises à un risque accru de marée noire.

Il est ahurissant que le maire de l’île d’Yeu soit capable de s’enthousiasmer pour un projet aussi dangereux pour la navigation, et aussi répulsif pour les touristes, estivants et plaisanciers, et surtout pour les Islais qui aiment se promener en bord de mer ( voir les nouveaux photomontages, plus réalistes ). Tout cela pour une poignée d’euros, €750.000 ( à comparer avec un budget de 20 millions ) que touchera la Mairie pendant quelques années tant que dureront les subventions, et une vague promesse de 70 emplois qui ne tient pas la route.


La Mairie touchera €750.000 par an, mais tout le monde paiera les pots cassés: enlaidissement de l’île et des quais de Port Joinville, perte de valeur des biens immobiliers, baisse de l’intérêt touristique et estival, pertes d’emplois dans les secteurs qui en dépendent, baisse des revenus des pêcheurs ( voir notre article sur la pêche ), et peut être même mort d’homme à cause des dangers pour la navigation. Les Islais qui sont hypersensibles aux infrasons auront des maux de tête et des troubles de sommeil, et des milliers d’oiseaux et de chauves souris seront massacrés chaque année. Il faudra peut être importer du sable pour compenser l’érosion des plages. Quant au risque de marée noire, il sera plus important.
Il faut se rendre à l’évidence : l’égoïsme du maire et des conseillers municipaux n’a pas de bornes.





L’île d’Yeu, lumière et beauté.






PUB : retirer la publicité gênante (occasionnelle) ci-dessous nous coûterait environ €50 par an.
Wordpress en a besoin pour rembourser ses frais.